L'animation du bassin d'alimentation du captage de Surgy-Pousseaux

 

Le B.A.C. (bassin d'alimentation de captage) de Surgy, d'une superficie de 159 hectares a été délimité par arrêté inter-préfectoral du 9 Juillet 2012, suite à une étude hydrogéologique et un diagnostic de pratiques. Il couvre 540 ha de surface agricole, cultivée par 14 agriculteurs.

La restitution de l'étude a contribué à la première réunion du COPIL (Comité de Pilotage), en octobre 2012. Depuis, il se réunit de façon régulière afin de suivre l’avancée des actions prévues pour la protection du bassin. Des indicateurs ont été définis pour viser la préservation la qualité de l'eau de ce captage.

Tous les membres du COPIL, présidé par un élu du SIAEP de la Bourgogne Nivernaise, se mettent d’accord sur les actions à mener au vu des résultats obtenus.

Lison Delsalle, animatrice agro-environnement des BAC du nord de la Nièvre, accompagne les agriculteurs dans la mise en œuvre de ces actions. Elles concernent par exemple, l’utilisation de l’azote dans les parcelles, l’implantation de cultures moins demandeuses d’intrants ou encore la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires.

                     Par exemple, les teneurs en nitrates dans l’eau sont en diminution, elles sont passées de 46 mg/l en 2012 à une moyenne de 37 mg/l en 2017 et 2018, ce qui témoigne en partie des efforts fournis par les agriculteurs.


 

Entretien avec Lison Delsalle,

animatrice agro-environnement à Clamecy

Des ressources en eau fragiles

Le SIAEP de la Bourgogne Nivernaise gère désormais le captage des Andryes qui alimente Surgy et Pousseaux, ainsi que le captage du Moulin du Corbelin, qui alimente Varzy et les communes alentours.

Ces deux captages ont la spécificité d’être sensibles aux pollutions de surface (nitrates, pesticides). En effet, l’eau provient d’une nappe d’eau souterraine, alimentée par l’infiltration de l’eau de pluie dans le sous-sol. Celui-ci est comparable à un gruyère : très fissuré, l’eau y circule rapidement, avec peu de filtration, et peut donc entraîner les molécules avec elle.

Des études ont été menées pour déterminer d’où vient l’eau et délimiter les bassins d’alimentation de ces captages (BAC).

Une animation auprès des agriculteurs

A Surgy, des actions sont menées depuis 2013 auprès de la dizaine d’agriculteurs qui cultivent des parcelles sur le BAC. Ces actions sont portées par la cellule d’animation agro-environnementale, dont je suis l’animatrice, basée à la Mairie de Clamecy. Ainsi, 159 hectares (30 % de la surface agricole) sont engagés pour la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires sur le BAC.

Pour le captage du Corbelin, l’étude diagnostic a été menée en 2016-2017 par la Chambre d’agriculture de la Nièvre. Le SIAEP de la Bourgogne Nivernaise a sollicité la cellule d’animation pour animer ce territoire et y mettre en place les actions sur le terrain.

Tous concernés

Les actions ne s’arrêtent pas au monde agricole : les collectivités n’utilisent plus de produits chimiques pour entretenir leurs voiries, et sont accompagnées pour enherber leurs cimetières ou les entretenir sans recours à la chimie.

Désormais, la vente de produits est aussi interdite aux particuliers.

 

Chacun peut adopter chez soi des gestes pour préserver nos ressources en eau, en jardinant de façon naturelle et en acceptant les « mauvaises herbes », qui n’ont de mauvais que le nom !