I

I.B.G.N. :
voir indice biologique global normalisé.

Iceberg :
bloc de glace de très grande taille détaché des glaciers polaires, flottant à la surface de la mer. La portion émergée, c’est à dire hors de l’eau, représente en général seulement un cinquième environ du volume total de l’iceberg.

Ile :
étendue de terre entourée d'eau de tous les côtés.

Impact :
conséquence des pressions sur les milieux: augmentation des concentrations en phosphore, perte de la diversité biologique, mort de poisson, augmentation de la fréquence de certaines maladies chez l'homme, modification de certaines variables économiques...

Imperméabilité :
aptitude d'une roche ou d'un sol qui ne se laisse pas traverser par l'eau.

Imperméable :
qui ne laisse pas pénétrer l'eau.

Inaliénabilité, inaliénable :
se dit d'une chose qui ne peut être vendu ou hypothéqué.

Indice biologique global normalisé :
note de 0 à 20 attribuée au niveau d'une station de mesure après étude du peuplement d'invertébrés aquatiques. La valeur de cet indice dépend à la fois de la qualité du milieu physique (structure du fond, état des berges...) et de la qualité de l'eau, elle prend toute sa signification avec l'interprétation indispensable qui doit en être faite.

Indice diatomique :
note donnée au niveau d'une station de mesure après étude des communautés de diatomées fixées (algue brune unicellulaire siliceuse). Cet indice rend essentiellement compte de la qualité de l'eau.

Indice linéaire de perte :
paramètre indiquant la quantité d'eau perdue par jour et par km de canalisation, il permet la comparaison de deux réseaux différents par leur longueur et leur situation géographique. L'indice linéaire de perte s'exprime en m3/j/km. Voir la page rendement.

Infiltration :
processus physique par lequel l'eau pénètre dans les sols et alimente les nappes.

Infiltration efficace :
quantité d'eau infiltrée parvenant jusqu'à la nappe et contribuant à l'alimentation de celle-ci. Elle est parfois exprimée en pourcentage par rapport à la quantité d'eau reçue en surface pendant la durée de référence.

Inondation :
débordement de l'eau sur un terrain généralement hors d'eau. Par exemple quand une rivière grossit et quitte son lit.

Insecticide :
se dit d'un produit (souvent chimique) utilisé pour détruire les insectes nuisibles.

Installation intérieure :
on appelle installations intérieures, les installations de distribution d'eau potable situées au-delà du système de comptage (le compteur). Pour les immeubles collectifs, elles désignent l'ensemble des équipements et canalisations situés au-delà du compteur général de l'immeuble et comprend donc les compteurs individuels de chaque appartement de l'immeuble.

Installation privée :
voir installation intérieure.

Interconnexion de réseau :
il s'agit d'une liaison entre deux réseaux d'eau potable différents alimentés par des sources différentes. Cela permet de palier au manque d'eau si l'un des réseaux vient à manquer d'eau. Plus les interconnexions de réseau sont nombreuses, moins les réseaux sont susceptibles d'être en pénurie d'eau.

Ion :
atome qui a perdu ou gagné un ou plusieurs électrons. Un ion est positif (cation) lorsqu'un atome perd un ou plusieurs électrons et acquiert ainsi une ou plusieurs charges positives. Par exemple, l'ion calcium (Ca2+) est un cation qui a perdu deux électrons. Un ion est négatif (anion) lorsqu'un atome gagne un ou plusieurs électrons et acquiert ainsi une ou plusieurs charges négatives. Par exemple, l'ion chlorure (Cl-) est un anion qui a perdu un électron. L'ionisation est le phénomène de formation d'ions.

Irrigation :
apport d'eau sur un terrain cultivé pour compenser l'insuffisance de précipitations et permettre le bon développement des plantes.

Irrigation raisonnée :
pratique qui consiste à faire un bon usage de l'eau d'irrigation avec des apports d'eau calculés pour assurer une production agricole optimale. Elle vise à éviter les gaspillages et le drainage de substances pouvant être polluante du fait des excès d'eau.

Isotope :
deux éléments sont dit isotopes lorsque leur noyau ont le même nombre de protons et d'électrons mais un nombre différent de neutrons. Ainsi, ils ont le même numéro atomique mais un nombre de masse différent. La plupart des corps simples se rencontrent dans la nature sous la forme d'un mélange de divers isotopes, dont l'un est nettement plus abondant que les autres. Les isotopes occupent la même place (d'où leur nom) dans la classification des éléments et sont désignés par le même symbole chimique. Deux isotopes ont les mêmes propriétés chimiques mais des propriétés physiques différentes.
La séparation des isotopes, qui permet d'enrichir un élément (uranium par exemple) en l'un de ses isotopes, s'effectue par diffusion gazeuse ou thermique, par chromatographie ou par ultracentrifugation. Les isotopes sont utilisés en particulier comme traceurs radioactifs.
Le radon 222 est un isotope du gaz radon (Rn) que l'on retrouve fréquemment dans les eaux souterraines d'origine granitique et qui est faiblement radioactif.