M

 

Magnésium :
métal solide, blanc argenté, pouvant brûler à l'air avec une flamme éblouissante.

Maire : 
il représente le pouvoir exécutif de la commune. Il est élu, avec ses adjoints, par le conseil municipal, assemblée délibérante élue au suffrage universel, en son sein.    Le maire est élu pour 6 ans. Il a une compétence générale en matière de gestion du personnel de la commune et du domaine public et privé de la commune.
Le maire est un agent de l’État. Placé sous l’autorité du préfet du département, il remplit des fonctions administratives comme la publications des lois, l'organisation d'élections et la légalisation des signatures. Sous l'autorité du procureur de la République, il est officier d'état civil et officier de police judiciaire. En ce sens, il exerce un pouvoir de police qui englobe :
      
- la police des assemblées : il dirige les réunions du conseil municipal.
      
- la police judiciaire : il peut réprimer une infraction.
      
- la police administrative : il prévient les atteintes aux biens et aux personnes.
      
- la police de circulation et de stationnement : il gère lui-même l'aménagement des voies et leur signalisation, c'est lui qui définit les limitations de vitesse.
Le maire est un agent exécutif de la commune :
      
- il exécute les décisions du conseil municipal, il gère le patrimoine, passe les marchés de travaux ou de services et signe les contrats.
      
- il exerce des compétences déléguées par le conseil municipal et lui rend compte de ses actes comme la réalisation d'emprunts et la création de classes dans les écoles. Il peut déléguer ses compétences à l'un de ses adjoints.
      
- il a des pouvoirs propres, il est chargé d'assurer l'ordre public (sécurité, salubrité publique) et il est le supérieur hiérarchique des agents de la commune, c'est qui organise les services.
En terme d'eau potable, le maire est responsable de la distribution de l'eau potable dans sa commune. Il peut exercer cette responsabilité directement ou la confier à un syndicat de communes. Le service peut être assuré par la collectivité elle-même (régie municipale ou syndicale) ou par une société privée (concession ou affermage).
Le maire est également responsable de la qualité de l'eau distribuée au robinet. L'eau doit répondre à des normes très strictes tant au plan micro-biologique et chimique qu'au niveau de sa limpidité, de son goût et de son odeur. Des analyses de contrôle sont régulièrement réalisées sous l'autorité de la D.D.A.S.S. (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). Les résultats sont obligatoirement affichés en mairie ou au syndicat.
Chaque année, le maire doit présenter au conseil municipal un rapport sur le prix et la qualité du service public de l'eau. Dans les communes de plus de 3 500 habitants, ce rapport est à la disposition du public.
Parce qu'il est responsable de la distribution de l'eau, le maire doit s'assurer de la protection de la ressource. Il doit notamment mettre en place des périmètres de protection autour des captages pour éviter tout risque de pollution accidentelle. 

Maître d’œuvre :
personne ou entreprise qui est chargée de diriger la réalisation d'un ouvrage ou des travaux pour le compte du maître de l'ouvrage (celui qui finance). Il coordonne les travaux et assiste le maître d'ouvrage pour la consultation des entreprises. Souvent, il s'agit des services techniques de la collectivité. Le maître d’œuvre s'occupe également de l'avant-projet, du projet et de la direction de l'exécution.

Maître d'ouvrage : 
personne publique ou privée pour le compte de laquelle des travaux ou des ouvrages sont réalisés. Responsable de la bonne utilisation des fonds, il effectue le paiement des travaux et des opérations. Le maître d'ouvrage doit établir le programme des opérations dans le C.C.A.G..

Maîtrise d'ouvrage public :
la loi M.O.P. régis les marchés du maîtrise d’œuvre en définissant les rôles du maître d'ouvrage, du maître d’œuvre et de l'entrepreneur. Cette loi fixe entre autre les modalités de rémunération du maître d’œuvre et ses missions qui sont :

  - études d'esquisses préliminaires ou diagnostic (ETP et DIAG).
  
- études d'avant-projet sommaire et définitif (APS et APD).
  
- études de projet (PRO).
  
- assistance apportée au maître d'ouvrage pour la passation du contrat de travaux et constitution du dossier de consultation des entreprises (D.C.E.), analyse des offres de prix des entreprises et établissement d'un dossier d'analyse présenté en commission d'appel d'offres et mise au point des pièces constitutives des marchés (C.C.A.G. et C.C.T.G.).
  
- études d'éxécution et visa des études faites par l'entrepreneur (EXE et VISA).
  
- direction de l'éxécution du contrat de travaux (DET).
  
- ordonnancement, pilotage et coordination du chantier (OPC).
 
- assistance apportée au maître de l'ouvrage lors de la réception des travaux (AOR).

Maladie hydrique :
maladie contractée à la suite d'absorption d'eau non potable contenant en particulier des germes ou microbes pathogènes, éventuellement des substances toxiques.

Malnutrition : 
elle est généralement le fruit de l'association d'un apport alimentaire inadéquat et d'une infection, alliée à un manque d'eau potable. Chez les jeunes, la malnutrition est synonyme de troubles de croissance, les enfants mal nourris étant plus petits et plus légers que ne le voudrait leur âge.

Manomètre : 
appareil servant à mesurer la pression d'un gaz ou d'un liquide. Les baromètres sont des manomètres qui mesurent la pression atmosphérique.

Marais
milieu humide de type intermédiaire, à la fois aquatique (de faible profondeur) et terrestre et caractérisé par des inondations saisonnières.

Marée : 
montées et descentes périodiques du niveau de la mer causées par les forces d'attraction qu'exercent la Lune et le Soleil sur la Terre.

Marché public : 
les marchés publics permettent aux collectivités territoriales d'acheter des biens, des services ou de réaliser des travaux. Ils permettent de mettre en concurrence plusieurs entreprises pour que la collectivité territoriale puisse bénéficier des coûts les plus bas. Les règles des marchés publics sont encadrées par le Code des marchés publics. Un marché public se créé après la publication d'un avis d'appel public à la concurrence (A.A.P.C.).

Mare : 
point d'eau dormante, le plus souvent autrefois créé par l’homme par exemple pour faire boire les volailles ou le bétail. La mare peur être assimilée à un très petit étang.

Marnage :
technique agricole consistant à rendre un sol plus calcaire en y ajoutant de la marne. C'est aussi la différence de hauteur mesurée entre le niveau de la haute et celui de la basse mer ainsi que les fluctuations du niveau de l'eau dans les cours d'eau, canaux et autres bassins et dans les réservoirs d'eau potable.

Masse d'eau :
portion de cours d'eau, canal, aquifère, plan d'eau ou zone côtière homogène. Il s'agit d'un découpage élémentaire des milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la directive cadre sur l'eau. Une masse d'eau de surface est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu'un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d'eaux côtières. Pour les cours d'eau la délimitation des masses d'eau est basée principalement sur la taille du cours d'eau et la notion d'hydro-écorégion. Les masses d'eau sont regroupées en types homogènes qui servent de base à la définition de la notion de bon état. Une masse d'eau souterraine est un volume distinct d'eau souterraine à l'intérieur d'un ou de plusieurs aquifères.

Masse d'eau artificielle :
masse d'eau de surface créée par l'homme dans une zone qui était sèche auparavant. Il peut s'agir par exemple d'un lac artificiel ou d'un canal. Ces masses d'eau sont désignées selon les mêmes critères que les masses d'eau fortement modifiées et doivent atteindre les mêmes objectifs : bon potentiel écologique et bon état chimique.

Masse d'eau fortement modifiée :
masse d'eau de surface ayant subi certaines altérations physiques dues à l'activité humaine et de ce fait fondamentalement modifiée quant à son caractère. Du fait de ces modifications la masse d'eau ne peut atteindre le bon état. Si les activités ne peuvent être remises en cause pour des raisons techniques ou économiques, la masse d'eau concernée peut être désignée comme fortement modifiée et les objectifs à atteindre sont alors ajustés : elle doit atteindre un bon potentiel écologique. L'objectif de bon état chimique reste valable, une masse d'eau ne peut être désignée comme fortement modifiée en raison de rejets polluants.

Matière organique : 
matière constituant les êtres vivants. 

Matières en suspensions
ou M.E.S., matières non-dissoutes, mêlées à l'eau. Elles sont séparées par filtration, centrifugation ou décantation.

M.E.S. : 
voir matières en suspension.

Méandre : 
courbe tracée dans le paysage par le lit d’un cours d’eau, trajectoire sinueuse.

Mercurialisme : 
intoxication aiguë ou chronique par le mercure ou par ses dérivés.

Mésophile : 
voir xérophile.

Métaux lourds : 
un métal est une matière issue le plus souvent d'un minerai, dotée d'un éclat particulier, bon conducteur de chaleur et d'électricité, ayant des caractéristiques de dureté et de malléabilité, se combinant ainsi aisément avec d'autres éléments pour former des alliages dans l'industrie, l'orfèvrerie... On appelle en général métaux lourds les éléments métalliques naturels, métaux ou dans certains cas métalloïdes caractérisés par une masse volumique élevée supérieure à 5 grammes par cm3. Quarante et un métaux correspondent à cette définition générale dont le plomb, le mercure ou le cadmium.

Météorologie : 
étude de l'atmosphère terrestre et science de prévision du temps.

Météorologique : 
qui se rapporte au temps. Les conditions météorologiques sont le temps qu'il fait, et les prévisions météorologiques sont des essais de prévision du temps qu'il fera.

Microcentrale hydroélectrique
installation hydroélectrique transformant l'énergie hydraulique en énergie électrique dont la puissance varie de quelques kW à 4 500 kW (seuil de la concession avec décret en Conseil d'Etat). Le terme "micro" utilisé dans le langage courant ne permet pas de rendre compte de l'importance de l'unité de production (volume turbiné, hauteur de chute).

Microclimat : 
climat d'une petite région ou d'une localité.

Micropolluant : 
polluant présent généralement en faible concentration dans un milieu donné (de l'ordre du microgramme (µg) au milligramme (mg) par litre ou par kilogramme) et qui peut avoir un impact notable sur les usages et les écosystèmes.

Milieu : 
terme général peu précis scientifiquement, utilisé pour désigner un ensemble présentant des conditions de vie particulières : milieu aquatique, milieu fluvial, milieu estuarien, milieu lacustre, milieu terrestre (forestier, montagnard, etc.).

Minéralisation : 
état d'une eau qui contient en dissolution certaines substances minérales comme les sels minéraux (calcium, potassium, magnésium...).

M.I.S.E. : 
voir mission inter-service de l'eau.

Mission déléguée de bassin : 
groupe de travail composé uniquement de représentants de l'état et chargé d'assurer la liaison entre les diverses autorités et les services au niveau du bassin, et de rassembler les éléments devant permettre l'établissement des plans d'aménagement général des bassins. Elle est présidée par le préfet coordonnateur de bassin. Elle assure ainsi une convergence étroite entre les actions ministérielles et les actions de l'Agence, à l'échelon du bassin. Elle est appelée dans certains cas à donner son avis dans le cadre de la procédure d'instruction d'autorisation de rejets.

Mission interservice de l'eau :
structure de coordination des services de l’État (D.D.A.S.S.,D.D.A.F.D.D.E....) qui vise à améliorer la lisibilité, l'efficacité et la cohérence de l'action administrative principalement de l'exercice de la police de l'eau en matière de gestion de l'eau et des milieux aquatiques.

Module ou module interannuel d'un cours d'eau :
débit moyen annuel pluriannuel en un point d'un cours d'eau. Il est évalué par la moyenne des débits moyens annuels sur une période d'observations suffisamment longue pour être représentative des débits mesurés ou reconstitués.

Molécule : 
la molécule de l'eau, H2O, est composée de deux atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène. Une molécule est ensemble de plusieurs atomes.

Montaison : 
action de remonter un cours d'eau pour un poisson migrateur afin de rejoindre son lieu de reproduction ou de développement.

M.O.P. : 
voir loi sur la Maîtrise d'Ouvrage Public.

Mousson : 
vent saisonnier soufflant en Asie et apportant des pluies torrentielles pendant l'été.

Mycobactéries atypiques : 
ces micro-organismes sont largement présents dans l'environnement, le sol, la poussière, l'eau douce ou l'eau de mer. Pathogènes potentiels, ces bactéries sont dites opportunistes car elles sont responsables d'infections plus ou moins spécifiques parfois graves, chez des sujets réceptifs, immunodéprimés, aux défenses amoindries. L'inhalation d'aérosols contaminés est la voie la plus évoquée pour son mode de transmission. L'eau potable comme vecteur de l'infection est l'hypothèse la plus souvent émise. Leur origine tellurique, leur résistance aux désinfectants et au chlore en particulier, leur présence dans les biofilms des canalisations, leur pouvoir de multiplication peuvent expliquer la présence de mycobactéries dans l'eau de consommation.

Mycorhize : 
champignon qui se développe autour des racines des plants d'arbre et dont le métabolisme favorise l'installation des arbres.