V

 

V.R.D. : 
Voirie et Réseaux Divers.

Valeur limite d'émission :
 
la masse, la concentration ou le niveau d'une émission à ne pas dépasser au cours d'une ou de plusieurs périodes données. Exemple : 120 mg/l de D.C.O..

Vanne :
 
dispositif permettant d'arrêter ou de laisser libre le passage de l'eau dans une conduite. Voir la description à la page captage.

Vapeur : 
un des états de la matière. Forme gazeuse d'une substance qui est normalement liquide. Peut être obtenu à partir des états solide ou liquide par chauffage ou par réduction de pression. La vapeur d'eau visible et le brouillard contiennent des gouttelettes d'eau, mais la vapeur véritable est invisible.

Vapeur d'eau :
 
gaz résultant de la vaporisation de l'eau.

Vaporisation :
 
transformation de l’eau en vapeur d’eau.

Variateur de fréquence :
 
appareil transformant la fréquence du courant électrique. Il reçoit un courant de 50 Hz du réseau de distribution et délivre un courant à fréquence variable au moteur électrique afin d'en faire varier la vitesse. Dans une installation automatisée, il est piloté par le régulateur.

Vasculaire : 
qui a rapport, qui appartient aux vaisseaux sanguins. L'arsenic dans l'eau potable peut provoquer des problèmes du système vasculaire. 

Vent : 
le vent indique le déplacement de l'air d'un endroit vers un autre, et il est repéré par sa direction et sa vitesse. C'est ce mouvement qui provoque les changements de temps.

Ventouse : 
accessoire de robinetterie que l'on retrouve sur les réseaux de distribution d'eau potable et qui permet, placée sur les point haut du réseau, de faire sortir ou entrée l'eau dans les canalisations lorsque celles-ci se vident ou se remplissent.

Verglas : 
couche de glace mince sur le sol, due à la congélation de l'eau, du brouillard.

Vidange de plan d'eau : 
opérations consistant à vider un barrage réservoir ou un plan d'eau pour des motifs divers (entretien, visite d'ouvrage, réglementaire,...). Compte tenu de ces impacts sur les milieux aquatiques, elle fait l'objet d'un arrêté préfectoral d'autorisation précédé d'un document d'incidence.

Vigipirate : 
voir plan vigipirate.

Virus : 
parasite infectieux des cellules. La particule virale a une partie centrale, le virion, constituée d'acide nucléique (A.D.N. ou A.R.N.) et qu'enveloppe une coque, la capside, formée essentiellement de protéines. On estime que la plupart des virus peuvent avoir : soit une activité pathologique banale et spécifique (grippe), soit une activité génétique et cancérigène. Les virus peuvent se retrouver dans l'eau potable si la désinfection est insuffisante et si l'eau a été contaminée par des eaux usées ou par des eaux issues du lessivage des sols contaminés. L'eau est un vecteur important de transport des virus. Contrairement à certaines bactéries, les virus ne peuvent proliférer dans les eaux. L'ozone est un bon désinfectant contre les virus. La filtration membranaire est également un excellent moyen de lutter contre la présence de virus dans l'eau de consommation.

Voie : 
il s'agit de l'ensemble chaussée et trottoir. On distingue les routes nationales et départementales, les voies communales et les voies privées. On peut également classer les voies selon leur trafic, on distingue alors les voies de liaisons et de grandes liaisons (autoroutes et rocades), les voies de distribution qui entrent à l'intérieur des villes (routes départementales) et les voies de desserte locale (voie de lotissement).

Voirie : 
ensemble des voies de communication territoriales par terre et par eau. C'est également l'ensemble de la chaussée, des trottoirs, des accotements, des fossés, des talus, des arbres, des caniveaux et du mobilier urbain. C'est la zone où circulent les véhicules et les piétons, et où de part et d'autre se situent les riverains (publics et privés). La voirie correspond à la voie (chaussée et trottoir) et ses dépendances (éclairage public, talus, parapet...).

Volume d'eau consommé :
 
il correspond à la quantité d'eau facturée aux abonnés additionnée de la quantité d'eau facturée aux collectivités extérieures (voir volume d'eau exporté) plus la quantité d'eau délivrée à titre gratuit (fontaine, latrines publiques, etc.) et la quantité d'eau utilisée par le service des eaux (vidange, nettoyage de réservoir, etc.). Il s'agit donc du volume d'eau comptabilisé par les compteurs des abonnés. Il est important de suivre l'évolution du volume d'eau consommé tous les ans 

Volume d'eau distribué : 
il s'agit de la quantité d'eau mise en distribution dans le réseau d'alimentation qui sort des réservoirs pour alimenter les abonnés. La différence avec le volume d'eau consommé correspond au volume d'eau perdu sur le réseau sous diverses formes (fuite, casse, vidange mal fermée, piquage illicite, etc.). Il est important de suivre ce paramètre tous les ans et de le comparer avec le volume d'eau consommé afin d'estimer l'évolution des pertes d'eau du réseau.

Volume d'eau exporté : 
il correspond à la quantité d'eau vendue à une collectivité voisine extérieure n'étant pas abonnée au service des eaux. On parle alors d'exportation.

Volume d'eau importé : 
il correspond à la quantité d'eau achetée à une collectivité voisine extérieure pour combler un manque d'eau ou pour desservir une partie du réseau inaccessible depuis le réseau principal.

Volume d'eau produit : 
il correspond à la quantité d'eau captée par l'ensemble des captages. Ou bien dans un service des eaux équipé d'une usine de potabilisation, le volume d'eau produit correspond à la quantité d'eau qui sort effectivement de l'usine de production. Dans le premier cas, ce volume est très largement supérieur à la quantité d'eau consommée par les abonnés (voir volume d'eau consommé) car la majeure partie de la ressource produite par les captages est rejetée à l'endroit même où elle est captée par trop-plein.

Volume utile ou volant d'eau : 
c'est la réserve d'eau réellement utilisable sur le réservoir hydropneumatique. C'est la différence entre le volume d'eau contenu à la pression minimale et le volume contenu à la pression maximale. Ce volume utile est d'autant plus important que le volume total du ballon est grand et que l'écart entre la pression minimale et maximale est élevé